Imaginer et raconter le futur 🔼

... ou comment devenir pro de la prospective

🎧 Purple Disco Machine - In My Arms - Bring back the 80s đŸ•ș

Hello Ă  tou.te.s !

Je suis particuliĂšrement enthousiaste de vous partager cette Ă©dition, car elle traite d’un sujet qui me passionne - la prospective, ou l’art du storytelling du futur. Alors rien que pour vous, au programme aujourd’hui :

  • Pourquoi l’exercice d’imagination des futurs possibles est hyper important, et pourquoi ne pas le faire peut conduire Ă  des scĂ©narios non dĂ©sirables (coucou Mark Zuckerberg et l’Intelligence Artificielle).

  • La prospective Ă  l’heure actuelle : le design fiction

  • Une interview dans le podcast de NoĂ©mie Aubron, Business Designer et crĂ©atrice de la sublime newsletter de prospective La Mutante

  • Un cadeau, comme d’habitude : le starter kit pour commencer Ă  Ă©crire vos scĂ©narios du futur.

Bon voyage ! 🚀

Notre maniÚre de raconter le futur est toujours influencée par le présent et le passé

Un beau jour de 1899, plusieurs artistes français se lancĂšrent un dĂ©fi : imaginer et illustrer la vie en l’an 2000. Les rĂ©sultats de leur travail, imprimĂ©s Ă  l’époque sur l’intĂ©rieur de boĂźtes Ă  cigares et sous forme de cartes postales, furent considĂ©rĂ©s Ă  l’époque comme Ă©tranges, voire impossibles. Pourtant, certaines de leurs prĂ©dictions n’étaient pas si loin de notre rĂ©alitĂ© :

La cuisine du futur

Le ménage du futur

L’élevage du futur

L’école en l’an 2000

Tandis que d’autres Ă©taient un peu Ă  cĂŽtĂ© de la plaque :

La conquĂȘte des fonds marins

La conquĂȘte du ciel

Mais il y a une chose que toutes ces illustrations ont en commun : la place prĂ©dominante de la machine. Le contexte historique derriĂšre ces images, c’est l’avĂšnement de la seconde rĂ©volution industrielle, durant laquelle l’Europe connaĂźt un dĂ©veloppement rapide de l’automobile, de l'Ă©lectromĂ©tallurgie et de la chimie. Le pĂ©trole et l’électricitĂ© deviennent des Ă©nergies centrales, le Taylorisme et la vision productiviste du travail prennent de l’ampleur.

C’est l’histoire que racontent ces cartes postales, qui est ancrĂ©e dans l’inconscient collectif Ă  l’époque : “en l’an 2000, la machine sera au service de la productivitĂ©, soulagera l’homme de ses tĂąches “ingrates” et permettra d’explorer de nouveaux horizons.” Au final, c’est dans une certaine mesure ce qui s’est passĂ©. Cependant, les artistes, en 1900, ont largement extrapolĂ© des objets et situations existants Ă  l’époque (Ă  part l’auteur des hippocampes gĂ©ants, qui devait avoir un peu forcĂ© sur l’opium). Par exemple, la bataille aĂ©rienne reprĂ©sente un dirigeable, qui sera pourtant dĂ©trĂŽnĂ© par l’aviation dĂšs les annĂ©es 1950 et nous apparaĂźt aujourd’hui comme une relique du passĂ© !

Il est trĂšs difficile de se dĂ©tacher de notre contexte immĂ©diat, et d’imaginer un futur en rupture avec le prĂ©sent - pire, c’est un exercice quasiment impossible, Ă  cause de nombreux biais cognitif dont nous sommes tous victimes !

Biais de projection, biais de normalitĂ©, biais de cohĂ©rence, 
 : notre cerveau est programmĂ© pour projeter nos croyances et schĂ©mas de pensĂ©es actuels sur le passĂ© et le futur. Nous ne savons pas lĂącher prise et nous essayons Ă  tout prix de nous raccrocher au status quo.

Mais le problĂšme, c’est que ne pas rĂ©flĂ©chir au futur, c’est prendre le risque d’aller dans une mauvaise direction, ou de ne pas pouvoir anticiper Ă  temps des changements radicaux dans notre sociĂ©tĂ©. Je m’explique :

  • John McCarthy, l’un des pĂšres de l’Intelligence Artificielle, terme qu’il a inventĂ© en 1955, n’avait sĂ»rement pas imaginĂ© que cette technologie allait rendre un paquet de compĂ©tences techniques et de mĂ©tiers obsolĂštes, tout en faisant rentrer l’humanitĂ© dans “l’ùre des soft skills”.

  • Mark Zuckerberg, en 2004 dans sa chambre d’étudiant Ă  Harvard, n’avait sĂ»rement pas imaginĂ© qu’il se retrouverait un jour Ă  devoir dĂ©bourser des millions de dollars de compensation Ă  ses modĂ©rateurs, qui sont de plus en plus nombreux Ă  dĂ©velopper des symptĂŽmes post-traumatiques (les fameux PTSD dont sont victimes beaucoup de vĂ©tĂ©rans de guerre), Ă  force d’ĂȘtre exposĂ©s au contenu nuisible qu’ils sont responsables de filtrer sur la plateforme Facebook.

Alors oui, je suis d’accord avec vous, c’est facile de pointer du doigt une fois que le mal est fait, mais ça ne fait pas particuliĂšrement avancer le schmilblick (et oui, j’utilise des expressions des annĂ©es 1950).

Heureusement, un monsieur sympathique du nom de Gaston Berger, lance dans les annĂ©es 50 le concept de “prospective” - une maniĂšre â€œde comprendre l'avenir et non pas de l'imaginer” pour pouvoir agir Ă  long terme et “prĂ©parer le futur de l’ĂȘtre humain”.

(On notera que les français pĂšsent dans le game intellectuel đŸ‡«đŸ‡· Cocorico)

Depuis, la discipline a Ă©tĂ© reprise Ă  plusieurs sauces, notamment ce que l’on appelle le design fiction.

Le design fiction, ou storytelling du futur

L’an dernier, j’ai eu l’occasion d’interviewer Nicolas Nova, une des figures de proue du design fiction, dans le cadre d’un projet pour l’agence Louis ZĂ©ro. Il a dĂ©crit au cours de cet entretien le design fiction de la maniĂšre suivante :

Je le dĂ©finis comme une approche utilisant les moyens et les maniĂšres de faire du design, pour rendre tangibles et comprĂ©hensibles des changements en cours et Ă  venir. Ces changements sont en partie technologiques mais ils peuvent Ă©galement ĂȘtre sociaux, dĂ©mographiques, Ă©cologiques etc.

L’objectif du design fiction est de crĂ©er des espaces de dialogue et de dĂ©bat autour de futurs encore jamais envisagĂ©s, et, bien que son origine soit ancrĂ©e dans la pratique artistique, cette mĂ©thode reprĂ©sente une manne d’opportunitĂ©s pour les entreprises souhaitant pratiquer la prospective sur des idĂ©es radicalement innovantes.

Les futurs imaginaires peuvent ĂȘtre dystopiques et utopiques. Aujourd'hui, dans la culture populaire, on voit beaucoup plus de dystopies : Black Mirror, The Handmaid's Tale, Her, Ready Player One, 
 qui traduisent toutes le climat de dĂ©fiance et d’incertitude envers la technologie dans lequel nous vivons aujourd’hui. On est loin de 1899 et de l’optimisme vis-Ă -vis du progrĂšs scientifique et des machines !

La prospective, une arme pour l’entreprise

Mais revenons Ă  nos moutons : en quoi cela vous concerne-t-il ? Si vous ĂȘtes une entreprise, la pratique de la prospective peut vous aider de plusieurs maniĂšres :

  • Anticiper les scĂ©narios possibles pour la suite et adapter votre roadmap en fonction

  • Aligner votre Ă©quipe sur vos dĂ©cisions stratĂ©giques

  • RĂ©flĂ©chir Ă  votre responsabilitĂ© et votre impact sur vos clients et plus gĂ©nĂ©ralement, sur la sociĂ©tĂ©

  • Construire de meilleurs produits

  • Anticiper les besoins de vos personas

  • Raconter des histoires fortes pour captiver votre audience


 et j’en oublie sĂ»rement ! Mais vous l’aurez compris, cet exercice est riche d’opportunitĂ©s et encore beaucoup trop sous-estimĂ©.

Alors concrĂštement, comment vous y mettre ? Le starter kit est juste aprĂšs l’interview de NoĂ©mie, ci-dessous :

Episode #8 - Penser et écrire le futur avec Noémie Aubron, Fondatrice de la Mutante

Je suis le travail de Noémie depuis maintenant plus d'un an, quand elle a commencé à publier ses récits du futur dans sa newsletter La Mutante, et son parcours m'a toujours impressionnée :

  • AprĂšs avoir travaillĂ© pendant 10 ans en innovation dans de grandes entreprises, elle s'est lancĂ©e dans la vie d'indĂ©pendante.

  • Elle a cherchĂ© Ă  dĂ©velopper dans son quotidien de freelance un projet qui lui plaisait et qu'elle avait Ă  coeur de puis longtemps, sans jamais avoir pu le mener Ă  bien : l'Ă©criture.

  • PassionnĂ©e de prospective, elle avait envie de dĂ©mocratiser cette discipline et de la rendre plus ludique 

  • C'est ainsi qu'est nĂ©e La Mutante, un travail bluffant d'Ă©clairage des tendances qui laissent apercevoir la sociĂ©tĂ© de demain

Je vous laisse découvrir les coulisses de La Mutante dans le podcast :

Écouter l'Ă©pisode

Penser et Ă©crire le futur : le starter kit du turfu

Quelques méthodes et outils pour vous improviser prospectiviste :

1. S’inspirer du passĂ© pour imaginer le futur

Parfois, un petit saut dans le passé suffit pour trouver des patterns récurrents ou tout simplement pour prendre du recul par rapport à notre époque.

Pour vous inspirer, la sĂ©rie de courtes vidĂ©os Paleofutur de la chaĂźne Arte revisite le passĂ© Ă  la lumiĂšre du prĂ©sent pour mieux comprendre l'Ă©volution de nos vies numĂ©riques. (Arte = 💜)

2. Explorer les ramifications possibles

Rien de tel qu’une mindmap pour laisser libre cours Ă  ses idĂ©es ! Partez d’un signal faible et crĂ©ez des arborescences d’idĂ©es qui illustrent les Ă©volutions possibles de cette tendance dans le futur, sous diffĂ©rents angles : lĂ©gal, social, politique, 


🧰 L’outil malin : Mindmeister

3. Combinaison de signaux

Listez plusieurs signaux faibles et essayez d’imaginer un scĂ©nario futur qui soit cohĂ©rent et prenne en compte tous ces signaux. Par exemple :

4. Le journal du futur

Imaginez la couverture d’un magazine ou d’un journal dans 5, 10, 20 ans
 en rĂ©digeant des titres comme si vous y Ă©tiez !

Le gĂ©nialissime magazine Usbek et Rica se prĂȘte frĂ©quemment au jeu, come par exemple ici dans ses prĂ©dictions pour 2017.

5. BONUS : Le tribunal du futur

Usbek & Rica a crĂ©Ă© plusieurs Ă©ditions de son "Tribunal pour les GĂ©nĂ©rations Futures", une confĂ©rence-spectacle sous forme de procĂšs, pour dĂ©battre de grandes problĂ©matiques d'avenir et questionner l'intĂ©rĂȘt des gĂ©nĂ©rations futures. Ci-dessous, le procĂšs de Google en 2018 :

C’est tout pour cette semaine ! À mardi prochain pour un nouvel Ă©pisode du podcast.

Noémie


Si vous avez aimĂ© ce post, n’hĂ©sitez pas Ă  le liker et le commenter sur Substack pour donner plus de visibilitĂ© Ă  la publication ;)

On vous a forwardé cette newsletter et elle vous a plu ? Inscrivez-vous !

Note : les illustrations de l’Institute for the Future proviennent d’un webinaire co-organisĂ© par Antonio Fernandez Olombrada, Gonzalo Ortega Sanchez de Lerin et Ana Sarasola Prieto dans le cadre de l’association NOVA. Un grand merci Ă  eux 🙏