Se placer au centre de l'action en travaillant son référencement 🎯

Tour d'horizon des meilleures stratégies de 2020

🎧 Myd - The Sun - à défaut d’avoir du vrai soleil ☀️

Hello vous,

Je voulais commencer par vous dire qu’on est presque 300 par ici, un peu plus d’un mois après le lancement de la première newsletter, alors merci 💖 J’espère que le contenu vous plaît, surtout n’hésitez pas à m’écrire pour me dire ce que vous aimeriez découvrir dans les prochaines éditions !

Cette semaine, on va parler de visibilité en ligne, et plus particulièrement de l’art délicat du SEO.

Au programme de cette édition de The Storyline, donc :

  • Un bref tour d’horizon du référencement en 2020 : c’est quoi, pourquoi doit-on s’y plier, comment s’y mettre ?

  • Une interview d’Alexis Chevallier, Directeur Marketing de YouLoveWords, dans laquelle on parle de la très très à la mode pillar page (page pilier), l’une des meilleures stratégies SEO du moment

  • Un cadeau 🎁 : le guide de la création de pillar pages, suivant les recommandations d’Alexis, avec des outils et des conseils à chaque étape

  • Une (modeste) réflexion sur les abus et les dysfonctionnements qui découlent de la course au référencement en ligne

Le référencement en 2020

Note : à l’heure où sont écrites ces lignes (et, si je devais faire le pari, pour encore un sacré bout de temps), Google est le leader incontesté des recherches en ligne, avec presque 92% du marché mondial du search. Je vais donc me concentrer sur cet acteur pour la suite !

Étape 1 : Le SEO pour les Nuls

Pour celles et ceux d’entre vous qui ont envie de comprendre les bases, cette vidéo de Google résume très bien le principe du référencement :

Ce qu’il faut retenir, en bref :

  • Les web crawlers ou araignées de Google passent en permanence au peigne fin le net, analysant toutes les pages trouvées et les classant, en les associant à des termes de recherche ou des mots clé - c’est ce que l’on appelle l’indexation des contenus, selon les règles d’un algorithme tenu secret (on se croirait presque dans un James Bond, non ?).

  • Lorsque vous entrez une recherche de mots clé dans Google Search, Google va automatiquement analyser l’ensemble de ses contenus indexés pour essayer de vous afficher les résultats les plus pertinents.

  • En fonction des réactions des utilisateurs aux résultats proposés sur leur recherche, Google va pénaliser ou favoriser certaines pages web. L’enjeu est donc pour chaque page web de bien faire comprendre aux crawlers le sujet qu’elle traite, pour maximiser ses chances d’apparaître dans les premiers résultats de recherche, mais aussi de créer du contenu assez précis et pertinent par rapport aux recherches des utilisateurs en ligne.

L’enjeu de tout individu ou de toute entreprise est donc de positionner efficacement chaque page, chaque article de blog de son site sur un mot clé, afin de pouvoir prétendre à apparaître dans la première page des résultats de recherche de Google - aka, le Graal 🏆 Et d’ailleurs, les chiffres relatifs aux recherches Google sont bluffants :

Le tout premier résultat organique de la première page de résultats des moteurs de recherche (SERP) capture environ 32,5 % du trafic de recherche global, en termes de clics. Le second lien reçoit 17,6 % de clics, tandis que le septième (toujours sur la première page de résultats) n'en reçoit que 3,5 %.

Autant vous dire que du côté de la deuxième page de résultats, il y a à peu près autant d’ambiance et de traffic que dans la Creuze (mais on aime la Creuze quand même).

Une fois que l’on a compris la nécessité de faire partie des élus de la première page de résultats, que faire ? Comment s’organiser et créer sa stratégie ?

Étape 2 : Le SEO pour les Moins Nuls

L’algorithme de Google change en permanence, mais plusieurs aspects restent globalement intangibles et importants à prendre en compte lorsque l’on se lance dans l’univers du SEO :

  • Définir sa stratégie de mots clé : trouver des idées et choisir les meilleures opportunités

La première étape, assez importante, consiste à rechercher les mots clé les plus pertinents sur lesquels vous positionner. Pour ça, il faut vous mettre dans la tête de votre audience et comprendre les termes qu’ils sont susceptibles de rechercher en ligne. Attention à sélectionner des mots clé fréquemment recherchés et sur lesquels il n’y a pas trop de concurrence !

Voici 10 outils gratuits pour trouver des idées

  • Écrire des articles ‘optimisés SEO’, qui respectent les règles de notation de l’algorithme de Google

Cette étape n’est malheureusement pas une science exacte mais Neil Patel, l’un des grands gourous du SEO, explique dans cet article détaillé comment écrire pour plaire à la fois à ses lecteurs et aux crawlers de Google.

  • Optimiser son site

Rapidité de chargement de votre site, descriptions ALT de vos images, création de sitemaps, … Il existe de nombreuses techniques pour optimiser un site web et améliorer son référencement.

Bigcommerce liste 8 des principales techniques de SEO technique

  • Travailler ses backlinks

Plus de sites extérieurs pointent vers votre contenu, plus Google vous accordera de la légitimité, et privilégiera votre site dans les résultats de recherche. Les liens sur d’autres domaines, qui redirigent vers votre contenu sont appelés backlinks. Voici quelques idées de Moz pour travailler ce point.

3. Le SEO pour les Experts

N’étant moi-même pas une experte ultime du sujet, on m’a soufflé dans l’oreillette que les contenus suivant étaient d’une très bonne qualité :

👉 Le SEO Marketing Hub de backlinko

👉 La Google SEO Bible de l’ami Blondy

👇 L’interview d’Alexis Chevallier ci-dessous

Episode #7 - les pillar pages avec Alexis Chevallier 

La semaine dernière, dans le podcast The Storyline, on a discuté référencement avec Alexis Chevallier, le Directeur Marketing de YouLoveWords. Et en ce moment, sur la planète SEO, il y a un terme qui buzze tout particulièrement : la pillar page (ou page pilier).

Écouter l'épisode

La page pilier a été pensée pour répondre aux plus récentes exigences des crawlers de Google (ces petits robots qui parcourent et référencent les pages web, vous vous souvenez ?). C’est une page web qui fait office de véritable bibliothèque sur une thématique précise, listant de nombreux contenus experts y étant liés. 

Elle se présente sous de nombreux designs,

des plus '“classiques” comme celle de Podia sur la création de cours en ligne

… aux plus barrées, comme celle de Hubspot sur les chatbots

… en passant bien sûr par la vibrante et colorée page de YouLoveWords sur le Content Marketing :

Dans l’épisode ci-dessus, Alexis nous livre les 10 étapes de la création d’une pillar page.

Son témoignage m’a donné des idées, et je suis ravie de vous offrir un mini-guide qui reprend ses conseils pour vous aider à créer votre propre pillar page ! Pour le guide, c’est juste en-dessous 👇

🎁 Cadeau : le guide de la création de pillar pages

La pillar page, donc, c’est un peu comme un croisement autoroutier : elle est là pour capturer du traffic et rediriger les visiteurs vers la destination la plus appropriée pour eux.

Plus facile à dire qu’à faire, alors concrètement, comment construire la vôtre ? J’ai essayé de lister un maximum d’outils, de conseils et de ressources dans ce guide :

Construire sa page pilier

Bonne lecture et bon courage 😉

Qualité vs quantité : attention à l’infobésité

Pour finir, je voulais prendre le contrepied du sujet et poser la question du trop-plein de contenus.

Dans un système où plus on génère de contenu, plus on est valorisé par les moteurs de recherche, la course à la production est lancée, et les internets se retrouvent noyés sous des centaines de contenus qui ne sont là que pour draguer les crawlers.

D’ailleurs, si on regarde les chiffres :

  • En Mars 2019, plus de 4.4 millions d’articles de blogs étaient publiés chaque jour

  • … Pour un temps moyen de lecture ne dépassant pas les 37 secondes.

La preuve qu’un grand nombre des contenus publiés ne sert pas à grand monde. Et surtout, céder à cette pression de la production continue, c’est ouvrir la voie à un problème de taille : l’infobésité (pun intended), aussi appellée surcharge informationnelle, un véritable problème de société en devenir.

Je vous laisse donc méditer sur deux derniers articles qui traitent du sujet :

  • “Why does infobesity compromise performance? It’s mostly because we human beings can process only so much data. An uncontrollable flood of it overwhelms us, and we feel stressed. Our systems shut down, and our capacity to absorb additional information actually decreases.” Ce rapport de Bain explique les effets de l’infobésité du point de vue de la performance organisationnelle. Même s’il ne traite pas directement du référencement, il me semble lié : il est important de produire du contenu utile pour ses utilisateurs et lecteurs, et non pas simplement dans l’optique de draguer les robots de Google. Qualité > quantité !

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine et je vous dis :

  • À la semaine prochaine pour le septième épisode de The Storyline

  • À dans deux semaines pour la prochaine newsletter et le cadeau qui viendra avec 😉

Noémie

Si vous avez aimé ce post, n’hésitez pas à le liker et le commenter sur Substack pour donner plus de visibilité à la publication ;)

On vous a forwardé cette newsletter et elle vous a plu ? Inscrivez-vous !